Le froid arrive

Publié le par Annick

Le soleil se lève. Il est à peine 9 heures entre Plémet et Coëtlogon.

Le soleil se lève. Il est à peine 9 heures entre Plémet et Coëtlogon.

Ce matin 18 octobre 2020, les températures étaient basses. 3-4°C. Le froid n'a pas découragé les treize adhérents du "CC du Ninian" présents sur le parking des rendez-vous. 

Avant de partir, Philippe a dit au gros du peloton prêt à se lancer sur le circuit : "je ne vais pas avec vous..."
Son idée était donc de rouler avec Marie-France, son épouse et Annick, partis à peine une minute après les autres.

Sans doute soucieux de se réchauffer les muscles en douceur, les "grands" ont été rejoints par le trio à La Trinité-Porhoët, au bout de dix kilomètres.  

Du côté de La Trinité-Porhoët.
Du côté de La Trinité-Porhoët. Du côté de La Trinité-Porhoët.

Du côté de La Trinité-Porhoët.

En montant vers le village "Treffainguy" bâti sur la commune de Plumieux, André a soufflé bien fort à Annick : "quand on va être bien chauds..." Ca va sans doute changer de rythme. 

Après le village déjà cité, Christian a compris que le trio allait laisser filer...

L'au revoir de Christian.

L'au revoir de Christian.

Un peu plus loin, le trou est fait.

Les belles couleurs de l'automne s'installent progressivement.

Les belles couleurs de l'automne s'installent progressivement.

Les majestueuses de parc éolien de Plumieux travaillent grâce au vent.  Un groupe de 4 à 6 éoliennes couvre les besoins en électricité de 12 000 personnes environ. 

Le moulin à vent, ancêtre de l'éolienne, est cependant plus joli.

Le moulin à vent, ancêtre de l'éolienne, est cependant plus joli.

Une nappe brumeuse plane au-dessus d'un troupeau de vaches. "La brume, c'est beau", a fait remarquer Philippe à "ses" deux Dames ravies d'être accompagnées d'un homme... en cas de crevaison...😂🤣 Philippe devrait mettre la main à la pâte. 
Derrière cet écran diaphane, "Le Pas aux biches", petit village à l'orée de la forêt de Lanouée entre Le Cambout et Les Forges est sans doute bien paisible, loin d'être tourmenté comme il le fut le 18 juin 1944. Un dimanche aussi. 

Les habitants restés au village, nombreux s'étaient rendus au Cambout pour y célébrer les Vêpres, virent une quarantaine d'avions dans le ciel et plusieurs piquer vers le sol, semant des bombes sur des personnes prises pour des soldats Allemands. La cible prévue se trouvait à 30 kilomètres de là. Une bavure irréparable. Quatre personnes furent tuées, d'autres blessées. 

Après Le Cambout, vers "Le Pas aux biches" et Les Forges.

Après Le Cambout, vers "Le Pas aux biches" et Les Forges.

Sur la route du retour, direction Plumieux. En traversant le bourg, nous avons remarqué que les petits sujets en bois posés sur des espaces herbeux (lapins, cochons...) n'étaient plus là. Ils sont probablement maintenant à l'abri des regards et du froid.

Le froid arrive

Avant midi, à Plémet. l'arrivée du groupe qui a respecté le circuit de 70 kilomètres. Le trio s'est contenté de 55 bornes. 

Le froid arrive

C'est tout pour aujourd'hui ! 

Publié dans NOS SORTIES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article