Marre des routes mouillées

Publié le par Annick

9 heures, l'heure du départ.

9 heures, l'heure du départ.

Ce matin 11 mars 2020, nous étions 14 malgré une petite pluie fine, elle aussi au rendez-vous. "Le soleil va arriver à 10 heures", a dit André. Sur cette révélation optimiste, nous sommes partis confiants.
La pluie a cessé assez vite, mais l'Astre du jour ne s'est pas pointé.

Rouler sur des routes souvent  mouillées depuis plusieurs mois  et sales par endroits,  devient pesant, démoralisant.

Les garde boue portent bien leur nom.
Les garde boue portent bien leur nom.Les garde boue portent bien leur nom.

Les garde boue portent bien leur nom.

Sale derrière, sale devant.

Guy a le dos crotté parce que son vélo n'a pas de garde-boue... Et devant, ce n'est pas la propreté à cause de quelques bicyclettes pas mieux équipées que la sienne, envoyant des éclaboussures.

Pendant la pause à Illifaut. Pendant la pause à Illifaut.

Pendant la pause à Illifaut.

Désolation !

Les champs sont toujours gorgés d'eau. La campagne délavée est terne. Les villages sont tristes. Ont dirait qu'ils sont désertés et que tout vit au ralenti.
C'est mouillé partout.
Tout va mal...

Marre des routes mouilléesMarre des routes mouillées

Daniel n'a peut-être plus de bois menu pour allumer sa cheminée...

Dans la montée vers le Breil Tual.

Dans la montée vers le Breil Tual.

C'est tout pour aujourd'hui !

Publié dans NOS SORTIES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article