Les cafés des bourgs disparaissent

Publié le par Annick

Nombreux cafés d'antan ont disparu. Certains subsistent  dans les bourgades de moins de 2 000 habitants. Mais pour combien de temps encore ?
Ces cafés d'autrefois ont marqué leur époque. Comme aujourd'hui, ils étaient un lieu de rencontres, d'informations, de convivialité... En trois mots : un lien social. Tout comme les divers petits commerces en voie de disparition également.

Voici un exemple concret au Cambout, bourgade de 450 habitants  :

Dans les années 80, existait au Cambout le "BAR des CYCLOTOURISTES" qui était aussi une charcuterie, épicerie, mercerie... De quoi y trouver à boire, manger, s'habiller, se chausser... se distraire en jouant aux cartes, quilles et boules.... Une petite surface gérée par Michelle Harel, épouse de Patrick licencié au "CC du Ninian" depuis 2012.

A partir de 1978, quelques "mordus" ont fait des sorties  vélo sans existence de club. Quand l'effectif croissant, devint suffisant, régulier et stable un club fut créé à l'initiative de Patrick Harel, volontaire pour prendre la présidence jusqu'en 1987. Année où il est parti à Paris pour raison professionnelle. Il prit ensuite le poste de secrétaire.

Avant la création du club, vers 1981. Le jeune garçon, Nicolas, est le fils de Michelle et Patrick, né en 1978.

Avant la création du club, vers 1981. Le jeune garçon, Nicolas, est le fils de Michelle et Patrick, né en 1978.

Patrick avait invité Marcel Abgrall de Loudéac à venir expliquer lors d'une réunion le fonctionnement d'un club.
Ensuite, le club fut officialisé en janvier 1985 auprès de la Préfecture sous le nom "Le club cyclo du Pont Noir", affilié à la FFCT.
Un club généreux qui offrait à ses adhérents la tenue vestimentaire et le repas annuel, grâce aux quatre soirées organisées par an au Quartz.

En hiver, les cyclos partaient entre 9h30 et 10 heures, car la majorité d'entre eux étaient agriculteurs-éleveurs. Ils devaient s'occuper de leurs animaux avant la sortie vélo dominicale.

Devant le commerce de Michelle. Le club a été créé ; maillots identiques ; Nicolas a grandi...

Devant le commerce de Michelle. Le club a été créé ; maillots identiques ; Nicolas a grandi...

L'effectif diminuant, la sortie régulière du dimanche délaissée, le club s'est endormi en 1992.

Deux adhérents du club ont réalisé le Paris-Brest-Paris du centenaire en 1991, Christian Mainguy de Saint-Etienne-du-Gué-de-l'Isle et Patrick Harel. Ce dernier s'est ensuite reconverti dans le VTT en forêt de Lanouée avec un copain de la commune et quelques jeunes ravis de s'exprimer sous le couvert. A cette époque l'accès était libre en dehors des périodes de chasse.  

Et le commerce prospère de Michelle ?

La clientèle devenant de plus en plus rare, l'attrait des grandes surfaces et des lumières de la ville a été de plus en plus fort...La rentabilité du commerce de Michelle est alors descendue au-dessous du seuil économique critique. Les portes ont été définitivement fermées le 31 décembre 2001.

Les habitudes ont évolué au détriment des petits commerces qui rendaient pourtant de grands services dans les campagnes.

Photos et résumé de Patrick Harel.
 

Publié dans DIVERS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jf 21/01/2018 20:06

Bravo pour cet article qui relie l’histoire d’un bourg et l’histoire d’un club.