Radenac, le fief de Robic

Publié le par Annick

Jean Robic est né en 1921 dans les Ardennes, décédé dans un accident de voiture en octobre 1980.

Il fut coureur cycliste professionnel de 1944 à 1961. Il remporta le Tour de France en 1947, sur la dernière étape, sans jamais porter le maillot jaune. Il était surnommé Biquet ; tête-de-cuir.

Son père est originaire de Radenac. Démobilisé en 1917, Jean Robic (père) s'installe dans les Ardennes. En 1924, la famille Robic revient à Radenac. En 1927, Jean Robic (père) ouvre un magasin de cycles à Radenac.

Jean Robic (fils) devient charron. Il s'inscrit à ses premières courses cyclistes et obtient vite des résultats.

Il acquiert le statut professionnel lors de la saison 1944.

En venant de Moréac, ce dimanche 31 juillet 2016 - Paroles inventées

En venant de Moréac, ce dimanche 31 juillet 2016 - Paroles inventées

Le 6 août 2008, nous avons visité le musée Jean Robic à Radenac :

C'était un mercredi. Le jour de notre sortie. Nous sommes allés à vélo et nous étions attendus.

Quelques photos du musée
Quelques photos du muséeQuelques photos du musée
Quelques photos du muséeQuelques photos du muséeQuelques photos du musée

Quelques photos du musée

Le 6 août 2008, l'équipe présente :

Le groupe et Ernest...tête de cuir...Le groupe et Ernest...tête de cuir...

Le groupe et Ernest...tête de cuir...

La matinée du 31 juillet 2016 en bref :

Belle matinée ensoleillée en partie sur le département du Morbihan. 

Avant le départ.

Avant le départ.

En cours de route nous allons récupérer Fabrice et Philippe.

Pause à Radenac, kilomètre 52 :

Encore 38 kilomètres pour rentrer à Plémet.

Ah la maison de Robic ! Elle a des volets bleus. Celle que Daniel montre a des volet bleus. Mais...en retrait, il y a une autre maison à volets bleus passés avec une grande cour. Je pense que la maison de Robic est celle en retrait. Celle là ne semble pas habitée.

Daniel montre la maison de Robic en bordure de route, près de l'église. Daniel montre la maison de Robic en bordure de route, près de l'église.

Daniel montre la maison de Robic en bordure de route, près de l'église.

Entre La Trinité-Porhoët et Coëtlogon !

Le peloton a diminué. Au rond point de La Trinité, Fabrice et Philippe nous ont abandonnés. 

A Naizin, Ernest nous avait déjà faussé compagnie. Il a tout simplement coupé.

89 kilomètres aux compteurs à l'arrivée.

Plus que huit.

Plus que huit.

C'est tout pour aujourd'hui.

Inspiration moyenne...

Publié dans NOS SORTIES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean 01/08/2016 10:31

Jean Robic était une de mes connaissances à Paris. Il habitait près de chez moi dans le 17ème et fréquentait un petit bistrot "chez Ginette" dont le gendre fut motard sur le Tour.
Jean Robic, travaillait chez son ami, le transporteur, et ancien coureur, Eugène Letendre à Asnières. Ce transporteur opérait pour le déménagement de l'UAP, mon employeur à l'époque, dans une tour de la Défense. Jean Robic participait à cette opération et nous nous rencontrions tous les jours car son "bureau" se situait, comme le mien, au 23ème étage. Il venait à vélo au travail, vélo qu'il montait dans l'ascenseur car il ne voulait pas le laisser dans le local à vélos de peur que quelqu'un ne l'abîme. Jean était un type simple et très sympathique et sa 4CV siglée "Le Monde" était très remarquée dans le quartier.

Sylviane metreau 31/07/2016 20:23

Allez Annick ! encore des articles qui font revivre les anciens de la petite reine !!! ceux qui ont préparé notre bonheur de pédaler...

Annick 31/07/2016 20:47

Il faudrait que je te rencontre au détour d'un virage pour que je parle de toi qui as fait rêver tes fans.